Article

Les ordonnances Macron de la Loi du Travail ont fait couler beaucoup d’encre depuis le 22 septembre 2017. Parmi elles on retrouve la problématique traitée du télétravail dont le recours en entreprise est depuis considérablement assoupli. Entre réticences et résultats surprenants, le télétravail inquiète autant qu’il attire, l’occasion pour nous de faire un point sur son encadrement, ses chiffres clés et ses meilleures pratiques.

Le télétravail, qu’est-ce que c’est ?

L’article L.1222-9 du Code du Travail le définit ainsi : « Toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication ». Autrement dit c’est la possibilité pour le salarié de travailler ailleurs qu’au bureau par le moyen des technologies !

Qu’est-ce qui a changé depuis les ordonnances Macron ?

Nous retiendrons de l’ordonnance Macron sur le télétravail qu’elle a surtout assoupli le recours à ce dernier en entreprise.

Tout d’abord, le télétravail n’est plus traité au cas par cas. En effet, avant l’ordonnance, le télétravail était défini par une mention sur les contrats de travail des employés concernés. Désormais, le télétravail est formalisé directement dans le cadre d’un accord collectif.

Autre nouveauté – et non des moindres – le télétravail occasionnel est dorénavant reconnu et encadré ! Avant l’ordonnance Macron en effet, la réglementation n’encadrait le télétravail que sur son aspect régulier.

La nouvelle réglementation vient également bousculer les modalités du télétravail. En effet il était jusque-là implicitement attendu du salarié qu’il justifie son recours au travail à distance. Il est à présent également attendu de l’employeur qu’il justifie son refus à l’accès au télétravail.

Enfin, la présomption d’accident du travail qui n’était jusqu’alors pas reconnue explicitement est finalement établie. Ainsi le salarié est protégé de manière claire et précise, même hors de son lieu de travail.

Des chiffres en faveur du télétravail !

Si la pratique du télétravail reste relativement marginale en France (seuls 16,7% des français télétravaillent plus d’une journée par mois) les chiffres sont toutefois très encourageants et en faveur de ce dernier. En effet on calcule grâce au télétravail un gain de performance de 22%, dû notamment à la réduction de l’absentéisme qui représenterait 5.5 jours d’arrêt en moins par télétravailleur. 71% des français montrent une volonté à ce que leur entreprise développe davantage le télétravail.

Quels sont les freins au télétravail ?

Des freins, toutefois, il en existe, et tant pour l’employeur que pour le télétravailleur. Le premier frein va être celui du coût de la mise en place du télétravail : il représenterait selon une étude 1370€ par télétravailleur pour son équipement, sa formation et le pilotage projet ! Le télétravail réduirait également le travail collaboratif. Côté salarié, le risque premier est bien sûr lié à l’isolement du télétravailleur. La solitude ressentie peut influer sur le moral et la psychologie de ce dernier et peser sur son quotidien. Par ailleurs, cet isolement physique vient s’ajouter au fait qu’il est difficile de faire la distinction entre son lieu de travail et son lieu de vie, ce qui peut entraîner un surinvestissement de la part du télétravailleur et une difficulté à « décrocher ».

Alors comment optimiser la mise en place du télétravail ?

Afin d’éviter de tomber dans ces écueils, quelques bonnes pratiques sont à mettre en œuvre lors pour optimiser la mise en place du télétravail.

La première des démarches à accomplir pour l’employeur comme pour l’employé est bien sur de définir ensemble le cadre du télétravail : quel équipement, sur quelles plages horaires le salarié doit travailler, quelle fréquence pour le télétravail et quels objectifs il doit atteindre.

Une fois ce cadre posé le télétravailleur doit veiller à rester connecté pour être joignable (Messagerie, téléphone, visioconférence…). Attention toutefois : sorti du cadre des horaires fixés pour le télétravail, il est aussi primordial que ce dernier se force à déconnecter !

Afin de ne pas nuire au travail collaboratif, il est également suggéré à l’employeur de préserver l’esprit d’équipe en instaurant par exemple des journées sans télétravail.

Enfin, il est bien sûr primordial d’entretenir une relation de confiance sur la base d’une communication bilatérale et de la présentation des résultats par le télétravailleur à son employeur.

Le conseil Legibox

Afin de cadrer au mieux l’organisation de votre télétravail, inscrivez-le dans votre registre du personnel ! Sur Legibox, rendez-vous dans les paramètres pour ajouter un libellé d’évènement et renseignez le télétravail, dans la catégorie « embauche ». Il vous suffit alors d’ajouter cet évènement à votre salarié concerné !

Pour qualifier vos télétravailleurs dans votre registre connectez-vous !

Navigation

Social Media